CHSTC

CHSTC

CHSTC

Le saviez-vous ?

Travail en hauteur, définition : Cela peut désigner plusieurs situations de travail résultant de l’emplacement du travail : toiture, charpente, passerelle, pont, poteau, pylône, arbre...
En savoir plus...


chsctCe mois de septembre marque la rentrée d’un grand nombre de travailleurs. Le retour au travail se déroule généralement bien pour la majeure partie des travailleurs. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

Selon une enquête nationale Belge portant sur 4000 travailleurs menée en 2010 en collaboration avec la Fondation Européenne de Dublin. Ainsi, trois travailleurs sur 10 (28%) ressentent la plupart du temps ou toujours du stress au travail. Cette proportion est identique pour les hommes et les femmes, diffère peu selon les tranches d'âges et touche tous les secteurs d'activités et tous les métiers. Au cours du dernier mois, 13% des travailleurs ont subi des violences verbales et 7% des menaces ou des comportements humiliants. Durant les 12 derniers mois, 9% ont fait l'objet d'intimidation ou de harcèlement moral et 3% de violences physiques.

Un rythme de travail trop soutenu, des délais trop serrés, un équilibre entre vie professionnelle et vie privée très difficile à trouver, etc. sont autant d’éléments qui, s’ils ne sont pas dûment encadrés et organisés, peuvent contribuer à augmenter les risques psychosociaux. Les risques psychosociaux recouvrent des risques professionnels d’origine et de natures variées, qui mettent en jeu l’intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont, par conséquent, un impact sur le bon fonctionnement des entreprises.

Ils peuvent toucher tous les travailleurs, du bas au haut de l’échelle. Ils peuvent se manifester par du stress, des conflits graves, de la violence, du harcèlement moral ou sexuel, une dégradation du climat de travail, du burn-out, des suicides, etc. Ils peuvent être liés aux conditions de travail, à l’organisation du travail, aux techniques de gestion et de management et au contexte socio-économique (insécurité d’emploi, restructurations, etc.).

Se prémunir des risques psychosociaux est essentiel dans la mesure où ils sont néfastes à la fois pour le travailleur (maux de tête, troubles du sommeil, hypertension, dépression, etc.) et pour l’entreprise (baisse de la productivité, de la qualité du travail). Les risques psychosociaux induisent donc un coût élevé pour la santé et la sécurité des travailleurs, pour l’entreprise et notre société.

Dès ce mois de septembre, une campagne de sensibilisation à destination du grand public sera initiée via deux spots télévisés, des leaflets et des affiches chez les médecins généralistes et les médecins du travail ainsi qu’un site Internet « sesentirbienautravail.be ».

Plusieurs solutions sont proposées sur le site de la campagne afin de remédier à ce problème. Tout d’abord, la nécessité d’évoquer le phénomène tant au sein de la sphère professionnelle grâce au soutien d’une personne de confiance, d’un conseiller de prévention, du médecin du travail ou encore des syndicats. Enfin, si l’on n’arrive pas à résoudre le problème en interne, la possibilité de recourir à l’inspection du travail ou encore au médecin de famille, à la police ou à l’auditorat du travail.

Source (Express.be)

Espace CHSCT, plateforme N°1 d'information CHSCT, édité par son partenaire Travail & Facteur Humain, cabinet spécialisé en expertise CHSCT et formation CHSCT


Partagez cet article !